Transcription de l’intervention de François de Closets du 25 juin 2013

Transcription de l’intervention de François de Closets lors du dîner-débat du Cercle Européen  du 25 juin 2013

« Un homme qui se réincarne de son vivant » : La soirée a commencé par une introduction du président du Cercle Européen qui a brossé une rapide biographie de François de Closets. Celui-ci a eu de multiples vies, journaliste de presse, de radio et de télévision, puis écrivain de nombreux ouvrages à succès dans les domaines des sciences et de l’économie.

Intervention de Monsieur François de Closets :

Vous trouverez ci-après la transcription complète de son exposé et des questions-réponses.

Sur l’économie :

La France a été le personnage récurrent de l’œuvre de François de Closets, de ses essais depuis 30 ans ; elle l’est dans son livre « L’échéance : Français, vous n’avez encore rien vu » paru le 31 août 2011. Elle le sera encore dans le prochain livre qui doit sortir à la rentrée 2013.

« Nous vivons une période de transition assez inquiétante, bien qu’il y ait actuellement un optimisme de commande dans les médias. Dans notre classe intellectuelle, beaucoup de gens se trompent ou se sont trompés par le passé (de nombreux écrits en attestent). Souvent c’est l’idéologie qui est la source de ces erreurs ». En ce qui concerne François de Closets, seule sa réflexion propre compte. Ses éventuelles erreurs, il n’est pas « allé les chercher au supermarché du prêt à penser ». C’est pour lui un principe de vie.

Souvent il a eu l’impression d’enfoncer des portes ouvertes, et pourtant ! Dans « la France et ses mensonges » en 1975, il expliquait par exemple que : « le Concorde est une imbécillité. C’est un rêve d’ingénieur mais pas un projet d’avenir. En 2000 on ne voyagera pas à Mach 2 ». Il a été le seul à dire.

« Toujours plus » date de 1982. C’est une espèce de « manuel de Sciences Po avec des tableaux, des schémas. Cela a été pourtant un très grand succès de librairie car le public faisait caisse de résonnance avec ce qui y était écrit.

Ce livre s’attaquait aux nouvelles formes d’inégalité dans la société française. Il décrivait en effet les corporations et leurs prérogatives. La thèse défendue était en fait qu’en France on ne rémunère ni la justice, ni le mérite, ni le malheur mais uniquement le pouvoir de nuisance.

Ceux qui ne font pas peser de menaces sur la société n’obtiennent pas d’avantages. Les ouvriers sont les perdants du système qui est parfaitement inégalitaire ».

Dans ce livre François de Closets posait des constats précis, certains pour la 1ère fois. Ainsi en est-il de « la comparaison de l’âge de la retraite avec la longévité des différentes catégories sociaux-professionnelles.

L’âge moyen des décès se situait il y a 30 ans vers 63 à 66 ans chez les ouvriers qui profitaient de leur retraite pendant 2 à 5 ans en moyenne en partant assez tard à la retraite, alors qu’un instituteur par exemple partant à la retraite plus tôt avait une longévité de 18 ans ».

Pour lire l’intégralité de la transcription en pdf, cliquez sur le lien suivant :

Transcription de l’intervention de François de Closets

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *