Rencontre avec  Christophe Chenebault

Rencontre avec Christophe Chenebault

Le Cercle Européen vous convie à venir rencontrer Christophe Chenebault le 3 décembre 2014.

Après avoir contribué à démocratiser la culture à travers le média culturel evene.fr, dont il est le fondateur, Christophe Chenebault se consacre désormais à des projets qui valorisent l’humain et la planète.
Il est notamment l’auteur du livre « IMPLIQUEZ-VOUS ! » (préfacé par Pierre Rabhi) et du site www.impliquez-vous.com. Il est à l’origine de nombreuses initiatives, dont l’alliance citoyenne « Printemps de l’Education » (www.printemps-education.org), et les  » Rencontres Changer le Monde » qu’il a co-fondées avec Anne Ghesquière.Il accompagne aussi des entrepreneurs de l’économie positive.

Ce rendez-vous se tiendra autour d’un verre, à 20 heures, à L’Hôtel Félicien, 21 rue Félicien David – 75016 Paris.

Venez nombreux et invitez vos amis à venir découvrir notre association pour ce dernier rendez-vous de l’année.


 

Chaque être humain doit être une énergie créative, et non une énergie passive. En dehors des grandes décisions politiques que les Etats doivent prendre, il nous appartient à titre individuel de faire tout ce que nous pouvons dans notre sphère privée et intime, comme nous l’enseigne la légende amérindienne du colibri…

Un jour, dit la légende, il y eu un immense incendie de forêt.
Tous les animaux, terrifiés et atterrés, observaient impuissants le désastre.
Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour les jeter au feu.
Au bout d’un moment, le tatou, agacé pas ses agissements dérisoires, lui dit :
– Colibri ! Tu n’es pas fou ? Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ?
– Je le sais, répondit le colibri, mais je fais ma part.

Telle est notre responsabilité à l’égard du monde, car nous ne sommes pas totalement impuissants si nous le décidons.

L’observation de l’espace nous a permis de constater que nous étions consignés et confinés sur notre petite planète sans aucun autre recours ou autre alternative que d’y instaurer la convivialité et le partage, si nous voulons y survivre. Or, tout ce que nous avons trouvé de mieux à faire, c’est le choix de l’antagonisme, de la division, de la compétitivité et de l’accaparement sans limite, comme principes de vie. Notre modèle de développement est dans une impasse majeure, il s’agit donc maintenant d’inventer une nouvelle voie, de créer un « nouveau paradigme », en plaçant l’humain et la nature au cœur de nos préoccupations. L’humanité est-elle enfin capable de mutualiser ce qu’elle a généré de meilleur pour éviter le pire ?

Pour ce faire, chacun doit effectuer sa « part du Colibri ». Car si l’être humain ne change pas par la générosité, la compassion, une éthique et une équité actives, la société ne pourra changer positivement et durablement.  Ma première action concerne mon moi individuel, mon devenir, ma transformation. Car il nous faudra bien répondre à notre véritable vocation qui n’est pas de produire et de consommer jusqu’à la fin de nos vies mais d’aimer, d’admirer et de prendre soin de la vie sous toutes ses formes. Cet engagement de vie en conscience, par sa puissance, est seul capable de changer le monde.

Et il n’est jamais trop tard pour agir. Pour que chaque indignation soit constructive, toutes les occasions de nous mettre en cohérence sont à saisir. Il ne faut surtout pas minimiser l’importance de la force créatrice des petites résolutions. Loin d’être anodines, elles contribuent à construire le monde auquel nous sommes également de plus en plus nombreux à aspirer, comme en témoignent les nombreuses innovations de la société civile.

« Rien n’est plus puissant qu’une idée dont le temps est venu », nous rappelait Victor Hugo. A l’évidence, il me semble que le temps de ce livre est venu… En exposant que nous ne sommes pas démunis, comme en témoignent les actions concrètes que nous pourrions réaliser, ce livre est une des réponses à l’aspiration de beaucoup pour un monde différent. C’est un peu comme un immense vaisseau dans lequel chacun doit trouver sa propre rame pour cingler vers ce fameux monde autre. Un immense chantier s’ouvre à nous, il y a une multitude d’actions possibles, et souvent le vouloir est présent, mais malheureusement pas les idées concrètes. C’est pour cela que cet ouvrage est important.

Si je m’implique, cela veut dire, que par mon libre-arbitre et par mon choix personnel, intime, je décide d’être à l’intérieur, d’être complice. S’impliquer, c’est passer de l’observateur à l’acteur. Notre conscience est ainsi interpellée pour nous replacer dans notre responsabilité, mais aussi pour agrandir notre cœur et être de plus en plus dans la puissance de l’amour. Quand on aime, c’est indestructible. « Dieu donne pour que l’on donne ».

Alors qu’attendons-nous pour aimer, donner et nous impliquer ?

Pierre Rabhi

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *