Rama Yade quitte l’UMP pour rejoindre Borloo

L’ancien ministre de l’écologie a officialisé sa défection du parti présidentiel jeudi soir. « C’est une page de l’histoire politique qui se tourne », a déclaré sur RMC et BFM TV l’ancienne secrétaire d’Etat Rama Yade. L’actuelle ambassadrice de France auprès de l’Unesco, qui avait rejoint le Parti radical de Jean-Louis Borloo en décembre 2010, a expliqué qu’il était « fondamental de tracer un chemin d’espérance ». « L’aile gauche de la majorité (…) a besoin d’être entendue, respectée, considérée », a-t-elle fait valoir pour expliquer sa décision.

Selon elle, les élections cantonales ont prouvé « que l’UMP rétrécie sur ses bases ne permet pas de battre la gauche ». A ses yeux, Jean-Louis Borloo, qui s’est présenté jeudi soir sur France 2 en « homme atypique mais en homme d’Etat », est « prêt et déterminé » pour la présidentielle. « Je pense qu’il ne sera pas là pour faire de la figuration ni servir de supplétif », a prévenu Rama Yade, pour qui « Jean-Louis Borloo n’est pas un candidat autorisé, mais il est un candidat libre ».

« PRINCIPE DE RÉALITÉ »

Les réactions se sont multipliées dans la classe politique depuis l’annonce du départ de M. Borloo. L’ex-porte-parole de l’UMP Dominique Paillé a affirmé, vendredi, que le départ de Jean-Louis Borloo de l’UMP devait logiquement « déboucher sur une candidature » à la présidentielle de 2012, et a imputé cette rupture au « comportement présidentiel ». Le président du groupe parlementaire UMP, Christian Jacob, a exprimé son « plus grand respect pour Jean-Louis Borloo », mais l’a invité « au principe de réalité », estimant que s’il y avait eu des candidats « RPR et UDF » aux cantonales, le résultat aurait été « catastrophique » pour la majorité.

Pour le président de la fédération de Paris du Parti radical, Patrice Gassenbach, le patron des radicaux « a mis la charrue avant les bœufs ». Si « l’idée d’avoir un candidat à la présidentielle, avec M. Borloo qui est notoirement aimé des Français », est « certainement un élément moteur », dit M. Gassenbach, « il y a aussi la réalité politique ». De plus, ajoute-t-il, M. Borloo « n’est pas le seul », selon lui, à vouloir incarner le pôle centriste à la présidentielle.

LEMONDE.FR avec Reuters | 08.04.11 | 09h30  •  Mis à jour le 08.04.11 | 12h35

Source : http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/04/08/rama-yade-quitte-l-ump-pour-rejoindre-borloo_1504650_823448.html

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *