Palettes magiques

LA MAGIE DU MAGICIEN

Un magicien avance dans un espace qui semble un atelier d’artiste.
Apparaissent en projection des toiles de grands maîtres
Usant des formes actuelles de la prestidigitation, le magicien
glane l’imaginaire des peintres sur la surface des tableaux. Des
fleurs surgissent entre ses mains, Il les dépose à la surface de
l’eau où elles font éclore celles peintes par Monet. Entre ses
doigts, les étoiles incandescentes de Van Gogh deviennent
lumière vivante. Les objets insolites de Magritte font des
passages surréalistes entre les mains ou dans la bouche du
magicien. Une noria de foulards colorés s’échappe des images
de Matisse. Une boule mystérieuse s’envole de l’univers de
Magritte et vient se poser dans les entrelacs de Kandinsky.

 

LA MAGIE DES LUMIÈRES ET DES IMAGES

Avec « Palettes magiques », Claude Moreau revient à son premier métier, la prestidigitation,
mais il n’oublie pas les féeries en grand format qui ont ponctué sa
carrière de metteur en scène. Dans l’intimité de la scène, avec la complicité et le
talent de Joseph Brettrager, il met à profit sa connaissance éprouvée des jeux
inépuisables que permet l’utilisation contemporaine des images et des lumières.
Leur magie propre s’allie au talent du manipulateur pour emporter petits et grands
dans un flot de métamorphoses oniriques.

PRÉSENCE DE LA MUSIQUE

Le magicien n’est pas seul sur scène. Parfois masquée derrière
un voile, parfois visible, une pianiste contribue en direct à l’action
dramatique et se fait Co magicienne.
Parfois filmées et projetées sur écran, ses mains d’où naît la
musique se croisent avec les doigts du manipulateur pour donner
forme au voyage de l’imagination. Imagination qu’on retrouve à la
source, dans le choix proposé par Sylvie Douche pianiste et musicologue
pour « Palettes magiques ». L’artiste s’est laissé porter
par sa sensibilité, mais aussi par sa grande connaissance de la
musique, pour proposer une partition polychrome allant de Bach
à John Cage, en passant par Satie, Schubert ou Ciurlonis, au gré
des images et des émotions.

CORRESPONDANCES

L’enfance admet sans difficulté les « correspondances » qui entraînent l’imagination d’un univers à un autre. C’est
même sa façon propre de penser. Les poètes, les peintres, les musiciens, les comédiens ont le don de faire vivre
dans l’âge adulte ce savoir originel. Ils lui donnent forme et qualité. Le spectacle « Palettes magiques » met en scène la magie des métamorphoses entre images, sons et art vivant. Il le fait à travers des mises en forme musicales ou artistiques que leur qualité ont inscrites dans le patrimoine culturel de l’humanité.
L’émerveillement porte la connaissance. C’est du fond de leur âme, à travers leurs émotions, que les spectateurs entrent en contact avec les grands jalons de l’art : Matisse et Chopin et Sibelius, Satie et Kandinsky, Monet, Poulenc, Magritte, Eche-Puig…Si, sortant du spectacle, ils en savent davantage, c’est d’abord sur lesmouvements de la sensibilité humaine.
Par surcroît, ils peuplent leur esprit d’images, de mélodies, de rythmes qui ont construit notre histoire culturelle.

A découvrir au Sudden Théâtre du 6 au 10 octobre 2010.
 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *